Diaspora : Le Haut Conseil des Camerounais de l’Extérieur plaide pour un retour à l’école

C’est ce qui ressort en filigrane du point de presse donné par le Haut Conseil des Camerounais de l’Extérieur le vendredi 06 septembre 2019 à Yaoundé.

Convaincu de ce que l’éducation joue un rôle essentiel dans le développement économique d’un pays, le Haut Conseil des Camerounais de l’Extérieur (HCCE) s’insurge contre le climat de peur instauré par des groupes séparatistes dans les régions du NOSO pour priver les enfants de leur droit fondamental et inaliénables à l’éducation contenu dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948.

Pour cette jeune entité de la diaspora, tous les enfants doivent impérativement regagner le chemin de l’école en toute quiétude et sans la moindre interférence. Aussi, un  « Back to School »  effectif dans les deux régions en crise passe certainement  par la prise en compte du concept de paix. Le comité invite donc les protagonistes et les parties prenantes à développer la culture d’un dialogue national inclusif ; à se donner la main afin de résorber efficacement le déficit éducatif qui laisse songeur sur l’avenir du pays.

“Sans la paix, il ne peut pas avoir de retour à l’école”

«  Nous affirmons que nous serons toujours à leur côtés et annonçons que nous participerons activement aux efforts humanitaires et aux efforts de constructions en cours. Ainsi qu’aux efforts pour la recherche d’une paix durable et juste dans le cadre d’un Dialogue National de Réconciliation. Nous savons que sans la paix, il ne peut pas avoir de retour à l’école durable et soutenable »

Dr Samuel DONGMO, Président exécutif du HCCE

A la lecture de la déclaration du HCCE, Dr Samuel DONGMO, son Président exécutif renseigne davantage l’opinion : «  Nous affirmons que nous serons toujours à leur côtés et annonçons que nous participerons activement aux efforts humanitaires et aux efforts de constructions en cours. Ainsi qu’aux efforts pour la recherche d’une paix durable et juste dans le cadre d’un Dialogue National de Réconciliation. Nous savons que sans la paix, il ne peut pas avoir de retour à l’école durable et soutenable ». Pour donc rendre effectives les actions dont le HCCE s’est fait siennes dans ce scénario, celui-ci porte sa voix sur une plus grande collaboration des pouvoirs publics.

Selon les statistiques contenues dans les derniers rapports de la Commission chargée de l’éducation à l’Organisation des Nations Unies, plus de 600 000 enfants en âge d’aller à l’école sont privés d’accès à l’éducation en raison de la crise en zone anglophone, depuis la rentrée scolaire 2016-2017. Plus de 5955 formations scolaires ont été affectées depuis le début de la crise. De nombreux enfants n’ont pas franchi le seuil d’une salle de classe depuis 03 ans déjà.

L’obstruction de l’éducation est cependant fortement constatée au Cameroun. .Car, le devenir et l’avenir d’une Nation sont dépendants d’une génération instruite et bien formée. Soucieux de la situation précaire qui asphyxie le pays, la coalition de la diaspora s’est prononcée sur cette question vendredi dernier devant les hommes et les femmes de média. Car « il n’y a aucun autre moment plus que celui-ci où  se taire serait vu comme de la complicité ou de la lâcheté ».

 

Par Amandine Ngogang » Afrique-54.com » Yaoundé

 

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here