Derrière les visages des douze nouveaux pensionnaires retenus à l’issue de la finale nationale de l’édition 2019 et donc il faudra suivre de très près leurs trajectoires, se  cache en réalité la prochaine pépite de l’école de football des Brasseries du Cameroun.

 

Sous leurs maillots jaunes et rouges, badgés aux couleurs des Top Pamplemousse et Grenadine, des jeunes garçons innocents et inconscients, aux allures de véritables champions. Leurs regards hagards dévoilent une seule envie, se laisser bercer par cette passion du football que l’on peut observer, aussi bien chez les jeunes de la ville que chez ceux de l’arrière pays dans bon nombre d’Etats africains. Un rêve désormais permis pour ces 12 nouveaux pensionnaires retenus, à l’issu de la finale nationale de cette édition tenue au stade Ngoa Ekelle de  Yaoundé, le dimanche 04 août 2019. Une parade qui donne le privilège à la toute première école de football du Cameroun, aujourd’hui érigée en Ecole-Etude depuis près d’une décennie déjà, de se mettre en vitrine au cœur de la formation du football jeune.

La finale nationale qui s’est voulue grandiose, sous fond festif, dans cette infrastructure rénovée, du site longtemps connue sous l’appellation de stade militaire de  Yaoundé. Et qui a vue la participation d’un public non négligeable, sous le regard paternaliste de cinq grandes figures du football Camerounais, dont quatre anciens pensionnaires de l’Ecole de Football des Brasseries du Cameroun. A savoir Rigobert Song, Gérémi NJITAP, Salomon OLEMBE, et Nicolas ALNOUDJI désignés parrains de l’édition 2019.

Bill Tchato, ancien Lions indomptables présents à cette rencontre n’a pas caché ses impressions tout en se projetant dans l’avenir : « Disons que cette prestation me rappelle mon enfance. Même si je n’ai pas été formé au Cameroun, bien que je n’ai pas joué ici, mais  j’ai fais mes classes ailleurs en France, dans un centre de formation, aujourd’hui ici on aussi des centres de formations, c’est encourageant. Pour l’instant il faudrait encore plus valoriser le football jeune, parcequ’on n’a pas beaucoup d’infrastructures ici au Cameroun qui pourront permettre aux  jeunes  de s’exprimer. Donc je pense que c’est ca qui nous manque, il faudrait construire assez de structures de ce type. »

Après la longue traversée de désert de près de dix ans qu’a connu l’Ecole de Football des Brasseries du Cameroun crée en mars 1989, le Top Management du Groupe SABC a voulu célébrer de manière spéciale cette édition de la coupe Top 2019, qui coïncide avec la célébration des 30 ans d’existence de cette école. Trois décennies au service de la promotion, de la formation, de l’encadrement et de l’épanouissement de la jeunesse dans le monde du football. « L’objectif cette année est de consolider notre positionnement comme acteur majeur dans le domaine du football des jeunes », nous confie le Top Management.

L’idée, dans les années 80 était d’encadrer la passion des jeunes à travers le pays durant la période des vacances où l’oisiveté a fait son nid. Aujourd’hui ce sont des vocations doublées de talent que l’école des Brasseries du Cameroun via le football a su créer. Depuis de longues années déjà, la Coupe top qui souffle cette année sur ses trente bougies rassemble chaque année, pendant la période des vacances scolaires, plus de 3000 jeunes des 10 régions du Cameroun, âgés de 12 à 14 ans et passionnés du football. Elle sert de test pour les élèves footballeurs, désireux d’accéder à l’Ecole de Football des Brasseries du Cameroun.

Une activité qui a fait éclore de nombreux champions comme Samuel Eto’o Fils dont les prouesses sont encore inscrits dans la mémoire collective. Et dont l’image n’a pas pu être effacée à l’EFBC qui est lancée depuis dans une sorte d’opération de charme visant à susciter de nouvelles vocations et révéler de la nouvelle coqueluche de cette école.  Toute chose qui pourrait justifier cette démarche initiée, bien que voilée, du visage de ce nouveau talent, qui ira porter l’école des Brasseries du Cameroun jusqu’au firmament.

 

© Thierry Eba ǀ Afrique-54.com

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here