Travail domestique : L’OIT soutient la révision des textes

L’Organisation Internationale du Travail ( OIT ) a dirigé le 05 février 2019 à Yaoundé, une consultation stratégique autour du projet de révision des dispositions organisant ce secteur d’activité au Cameroun. 

 

La photographie de ce corps de métier au Cameroun, projette des clichés d’hommes et femmes exerçant durant un volume horaire de travail insoutenable et dans des conditions souvent déplorables. Mireille, c’est le prénom choisi pour notre interlocutrice qui a voulu garder l’anonymat. Elle est jeune, fraiche, dynamique et petite de taille. Mireille exerce depuis près d’une décennie comme travailleuse domestique.

Elle a trouvé un prétexte ce mardi 05 février 2019, pour avoir l’occasion de prendre part, à la consultation stratégique sur le projet de révision des dispositions organisant le travail domestique au Cameroun. La rencontre de Yaoundé qui porte l’estampille de l’OIT n’est pas la première du genre. Agée 27 ans, elle a subi toutes sortes de violence physiques et morales, souvent insoutenables. « Je suis encore là-bas parce que je n’ai pas de choix. J’ai deux enfants que j’élève seule  ….,» nous confie-t-elle. En une décennie d’exercice, Mireille a subi des tas d’abus, dissimulés dans son regard évasif.

En acceptant l’invitation de l’Organisation Internationale du Travail, elle voudrait contribuer à sa manière, à une meilleure structuration d’un secteur aux abus divers et variés. Selon les statistiques de l’OIT, environ 67 millions de personnes âgées de 15 ans et plus sont des travailleurs domestiques.

En Afrique subsaharienne, la plupart sont des femmes qui exercent dans le secteur informel. Une féminisation du travail domestique qui pose indubitablement le problème de déficit d’emploi décent, bien plus, de protection des droits des travailleurs au sein des Etats. D’après les résultats de la troisième enquête auprès des ménages, les travailleurs comme Mireille, appartiennent à la catégorie de la population active source de sous emplois invisible. Situation d’autant plus préoccupante qu’elle se déroule sous le regard coupable d’une société de plus en plus individualiste.

Jean-Marie Tchakoua, consultant de cette étude portée à l’attention de divers acteurs, a fait la démonstration du caractère obsolète du cadre juridique:« Cinquante ans après, le droit commun a beaucoup évolué alors que le décret fixant les conditions d’emplois et employés de maison est resté statique et par conséquent vétuste et dépassé.» D’où la volonté de l’OIT de faire bouger les lignes, dans une démarche quadripartite, dont l’administration, la société civile, et les travailleurs domestiques.

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here