Le journaliste camerounais Marcien Essimi, Directeur de publication  du  journal La Voix des Décideurs est poursuivi par le maire sortant de la commune de Ngoro qui est à  sa deuxième citation directe. Débouté par la justice camerounaise,  Faustin Kouta pour ne pas le nommer estime que les plaintes de ses populations sur  ses dérives managériales dans la gestion de sa municipalité révélées au public, constituent pour lui une diffamation et une injure publique.

Marcien Essimi, Journaliste l Dp de La Voix Des Décideurs

Depuis le mois le 19 novembre 2018, le Directeur de publication du journal La Voix des Décideurs est devenu la cible voire l’ennemi n°1 du maire sortant de la Commune de Ngoro dans le département du Mbam et Kim, région du Centre. Ceci fait suite à un article publié ce jour-là sur des informations liées à la gestion jugée calamiteuse de la mairie par ses populations.

En effet, en date du 05 novembre 2018, une équipe de reporters de votre journal est descendue à Ngoro et ceci après moult sollicitations  des populations dépassées par a régression suicidaire  de la ville éponyme. Les différents problèmes soulevés et vérifiés sur le terrain ont fait l’objet d’un article publié le 19 novembre 2018. Le maire Faustin estime qu’il a fait l’objet d’un sabotage gratuit. Son droit de réponse sera publié par La Voix Des Décideurs.

Depuis ce  fameux jour, Marcien Essimi ne cesse d’être menacé au téléphone quand ce ne sont pas des attaques verbales et mêmes physiques au siège du journal la Voix des décideurs.

 

getfluence.com

Ayant porté lui-même l’affaire en justice, le Tribunal de Première Instance de Yaoundé, Centre Administratif a jugé l’affaire irrecevable pour défaut d’identification de la défense. Le maire sortant de Ngoro ne va pas croiser les bras. Et sans faire appel,  il décidera alors de changer les chefs d’accusation pour les reconvertir en diffamation et injures publiques. Des nouvelles qualifications qui du haut de son rang d’huissier de justice ne sait pas qu’elles ne  relèvent pas de sa compétence.

Entre temps, après la publication de l’article querellé, le concerné avait exigé un droit de réponse qui lui avait été servi et publié le 26 novembre  2018. Contre toute attente, il sera servi au Directeur de publication de   votre journal une citation directe deux mois après.

La première citation directe restée infructueuse (déclarée irrecevable) après quatre audiences,  une deuxième  sera servie au Directeur de Publication Marcien Essimi  l’invitant à nouveau à comparaitre devant le juge du Tribunal de première du Mfoundi, Centre Administratif. La première audience a eu lieu le 17 décembre 2019 et l’affaire avait été reportée au 18 février  prochain.

Affaire à suivre.

 

Jean Baptiste Bidima   

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here