Côte  – d’Ivoire : Après 13 ans, les parents de victimes de la crise postélectorale entreront en possession des dépouilles de leurs proches décédés

0
1808

 

Le mercredi 05 juin 2024, les dépouilles des victimes de la crise postélectorale ivoirienne seront remises à leurs parents par les autorités ivoiriennes à Abidjan 13 ans après les évènements malheureux. Les Ivoiriens saluent l’initiative.

 

 

Eurostars Grand Hôtel Barcelone Crédit photo : Myss Belmonde Dogo

 

 

 

A5 NEWS | C’est ce qu’a appris A5 NEWS de Logboh Myss Belmonde Dogo, la Ministre ivoirienne de la Cohésion Nationale, de la Solidarité et de la lutte contre la pauvreté, à l’issue de l’échange qu’elle a eu avec les proches des victimes le 21 mai 2024  à Abidjan.

Sur le réseau social X, Myss Belmonde Dogo a indiqué qu’« une sépulture digne contribue au processus de deuil. Savoir son parent bien enterré permet de pouvoir tourner la page et apprendre à revivre », avant de souligner : « Loin de vouloir remuer le couteau dans la plaie, une étape obligatoire dans la marche vers la normalisation de leur vie, nous avons reçu ce jour des parents de victimes de la crise post électorale. »

Pour Myss Belmonde Dogo qui est restée discrète sur les  chiffres, il s’agissait pour le  gouvernement ivoirien « de leur annoncer officiellement que le mercredi 05 juin prochain, ils entreraient en possession des dépouilles de leurs proches décédés pendant la crise à #Abidjan, pour certains depuis 13 ans déjà ».

 

 

« Vive la solidarité nationale »

Cette annonce du gouvernement suscite de nombreuses réactions de la part des Ivoiriens et Africains. « Félicitations vraiment cette affaire a trop traîné. Merci pour les familles de mes vieux amis », « le rapprochement d’un Ivoirien vers un autre », « Vive la solidarité nationale », « Vers une Côte d’Ivoire encore plus Solidaire et réconciliée » et « Merci beaucoup au gouvernement et surtout à vous Madame la Ministre », ont entre autres commenté les internautes sur Facebook.

Saluant la « Bonne initiative », Traore Oumar, Ivoirien installé à Khartoum s’interroge : « Mais ceux qui ont perdu tous leurs biens matériels et financiers que sera leur sort ? »

 

 

 

 

 

© A5 NEWS | Marcien Essmi, depuis Yaoundé

 

 

 

 

Facebook Comments Box

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here