La 3e édition de Miss Mayo Sava a connu une forte mobilisation le 28 décembre 2019 à Maroua où Solange Dabagaï a été couronnée et le 18 janvier 2020 à Yaoundé où les dauphines 2, 3,4 et 5 ont été présentées au public et aux hommes de médias. Ceci après un 2018 timide avec pour miss Claudia Degamadaï et une éphémère léthargie en 2019.

 

Sous le parrainage d’une jeune élite du département, la deuxième édition de Miss Mayo Sava, un concept fédérateur initié par L’Ane de Makdadja, a été courue à Maroua et à Yaoundé où les jeunes ont écrit l’histoire du département en lettre d’or.

Solange Dabagaï élue Miss devant 15 autres candidates qui n’ont pas démérité. Elle a été suivie dans ce concours de beauté par Bouda Monique, 1ere Dauphine ; 2e Dauphine, Amina Defta ; 3e Dauphine, Digzivai Bernadette ; 4e Dauphine, Tefoua Josiane ; et 5e Dauphine, Fanta Mirabelle Clara. Les six heureuses élues ont été couronnées au cours de deux cérémonies grandioses.

A Maroua, la cérémonie a été présidée par KOUVDAI Edouard. Après son discours de circonstance, la miss et sa dauphine ont été couronnées avant des échanges avec les invités. « Une félicitation spéciale a été adressée à KOUVDAI par M MAKDADJA pour son investissement et sa bravoure », nous apprend un rapport sur l’activité.

A la capitale politique du pays, la cérémonie de présentation des dauphines a été présidée OUMATE MAGDAWA, Parrain de l’élection Miss 2020 . « J’ai cru à cette initiative », a-t-il dit dans son propos avant d’ajouter que : « Je serais toujours prêt à vous soutenir chaque fois ». Une position bien partagée par les précédents orateurs comme Pierre MAGILA et autres dignes fils du département, qui ont procédé à la remise des écharpes et cadeaux aux heureuses élues avant de partager un plat et un verre prévus pour la circonstance. Ceci à la grande satisfaction des invités qui ont félicité le comité d’organisation en dépit quelques facteurs retardateurs.

Il s’agit notamment de la faible communication interne ; les actions de sabotage avec pour but de décourager participation des jeunes filles au concours ; l’insuffisance de la mobilisation financière et matérielle; les difficultés dans le contrôle des votes virtuelles ayant pour conséquence les votes tribales; et la très faible participation des jeunes filles résidant dans nos villages sans lumière et téléphones.

Des propositions, ont été formulées par les jeunes à savoir : lancer le projet MISS un mois c’est-à-dire en novembre avant pour donner le temps au comité de bien préparer l’évènement ; de montrer l’importance de ce projet aux jeunes filles de notre département ; l’expliquer aux élites les besoins de jeunes à ne pas rester en marge des belles choses qui se font ailleurs et dont leurs soutiens financiers et matériels sont nécessaires; et commencer les sélections dans les prochaines échéances d’abord dans les cantons, puis les arrondissements pour terminer au niveau départemental.


REACTION

Oumate Magdawa, Parrain de l’évènement

« Nous voulons  également innover »

J’ai accepté de parrainer cet événement en tant que jeune, parce que nous voulons également innover. Et puis la jeunesse également est beaucoup plus maintenant impliquée dans les réseaux. Et nous nous sommes dits, il faut étendre le projet pour que le maximum des jeunes soient atteints pourquoi pas nos aînés et nos élites politiques pour qu’ils aussi imprégnés et puis de nous soutenir. L’objectif global d’Election Miss Mayo Sava c’est d’abord de valoriser la jeunesse et la beauté du Mayo Sava et de permettre aux jeunes filles fédérer autour des projets. Notamment la lutte contre les mariages précoces et soutien aux enfants des familles démunies pour qu’ils puissent aller à l’école. Il faudrait que nos miss puissent œuvre dans ce sens. Et également aller soutenir les populations dans les villages qui ont été meurtris par Boko Haram et attendent un brin d’espoir .


Claudia Degamadaï, Miss Mayo Sava 2018

«Il faut qu’on se réveille »

Je suis contente pour cette initiative. Entre 2018 et 2020, il y a une très grande différence. Tournons le dos à la honte et croyons en nous et j’encourage mes sœurs qui ont eu ce courage de participer à cette initiative. Montrons aux yeux du monde que notre cher Mayo Sava a des beautés capables. Il faut qu’on se réveille.»


Amina Defta, 2e Dauphine, Etudiante

«J’aime tout ce qui est rassembleur»

C’est ma toute première de participer à un évènement comme celui-ci parce que j’aime tout ce qui est beau et tout ce qui est rassembleur. Je suis très contente comme vous pouvez le constater. Je voudrais dire à nos sœurs du Mayo Sava de prendre leur courage pour qu’on puisse ensemble faire entendre la voix de notre département.

 

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here