Une étude de Standard Chartered révèle que…

 

L’étude de Standard Chartered révèle que les entreprises européennes et américaines continuent d’avoir confiance dans la croissance en dehors de leur marché national. L’Asie demeure une région de croissance majeure, alors que l’Afrique et le Moyen-Orient enregistrent une augmentation progressive.

 

 

A5 NEWS – Une seconde étude  menée par Standard Chartered sur les stratégies de croissance internationale et les défis auxquels sont confrontés les directeurs financiers et les trésoriers aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et en France indique que, malgré l’incertitude causée par la pandémie “COVID-19” et ses répercussions économiques, les marchés étrangers demeurent la clé de la croissance.

L’étude a également révélé une importance croissante accordée à l’investissement dans la technologie numérique, aux déblocages de la liquidité bloquée et  une concentration accrue pour les  questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) en relation avec le commerce et les chaînes d’approvisionnement.

Depuis la première étude effectuée depuis six mois, les personnes  interrogées ont témoignée d’une confiance accrue dans la croissance transfrontalière, 42% (contre  37%) des entreprises considèrent que les meilleures opportunités de croissance sont en dehors de leurs marchés domestiques.

L’Afrique et le Moyen-Orient ont également connu, une augmentation marginale (de plus de 4%) en tant que marchés de croissance potentiels au cours des six à douze prochains mois.

L’Asie reste une région de croissance majeure (avec plus de 85% d’entreprises ayant des opérations et des implémentations en Asie ou envisagent de le faire pour leurs activités commerciales). L’Afrique et le Moyen-Orient ont également connu, une augmentation marginale (de plus de 4%) en tant que marchés de croissance potentiels au cours des six à douze prochains mois.

 

 

Malgré leurs objectifs ambitieux visant à se développer à l’international, la compréhension des exigences réglementaires sur les marchés étrangers reste le plus grand obstacle (35%) pour les entreprises qui cherchent à étendre ou à renforcer leurs opérations internationales. Cela est suivi par la nécessité d’établir des relations avec les fournisseurs et d’adapter la logistique de la chaîne d’approvisionnement (21%).

Alors que les entreprises envisagent un environnement post-pandémique, les trois principales priorités des personnes interrogés indiquent de légers changements pour éviter certains problèmes, tel que  la défaillance de la chaîne d’approvisionnement (en baisse de 2% à 50%), le besoin de liquidités (en baisse de 2% à 47%) et l’augmentation des investissements dans la numérisation pour mobiliser la liquidité (en hausse de 4% à 66%) et les facteurs ESG (de plus de 5% à 23%).

Torry Berntsen, PDG de la région Europe et Amériques de Standard Chartered, a déclaré : “Il est évident que les entreprises commencent à accorder une plus grande attention à la croissance à l’étranger et à l’investissement pour l’avenir. Le développement durable, la numérisation et la nécessité de comprendre la réglementation ne sont pas seulement des éléments clés qui révèlent la manière dont les affaires seront menées, elles sont également des opportunités permettant aux entreprises d’accroître leur efficacité opérationnelle, de se développer à l’international et de conserver une longueur d’avance sur la concurrence.

 

A5 NEWS avec AETOSWire

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email