L’adoption de la somme, le 27 janvier 2021, émane du Conseil des ministres de l’Union économique de l’Afrique centrale (UEAC) au cours de la 36ème session ordinaire. Le budget Cemac, circonstanciel, servira davantage au renforcement de l’intégration régionale.

 

 

A5 NEWS – Réaliste, c’est à un budget de « prudence » que la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale aura droit pour l’exercice 2021. Ce budget Cemac est en net augmentation par rapport à l’exercice 2020, soit 1,13% de plus pour l’exercice 2021.

Santé et intégration

Le budget Cemac 2021 intervient dans un contexte sanitaire mondial très préoccupant, surtout pour les pays de la zone. La Covid-19 qui y sévit comme dans le reste du monde, plombe l’économie dont les prévisions virent à la baisse. Certains pays de la Cemac subissent, pour ainsi dire, la remontée de la nouvelle vague des cas d’infection frappés par la Covid-19. Les frontières connaissent par conséquent, des fermetures d’urgence sanitaire.

Lire aussi : Cemac : La Beac tient son conseil d’administration sur fond de pandémie

Toutefois, pour Daniel Ona Ondo, président de la Commission de la Cemac, le budget Cemac 2021 est fort interpellateur. C’est une invite à des politiques publiques d’intégration sous-régionale davantage concrètes à implémenter dans les pays de la Cemac.

 

 

Questions économiques d’urgence

La crise sanitaire actuelle appelle à une forte résilience dans l’économie des pays de la Cemac. Résilience qui s’applique également pour ce qui est des autres crises sociales et économiques. Une telle perspective appelle donc urgemment à une promotion de la convergence économique. Mais il est aussi question de coordonner des réformes économiques, diversifier le tissu économique des pays de la Cemac.

Par ailleurs, la libre circulation des personnes et des biens est un acquis à préserver contre vents et marrées. Il est également question d’améliorer le recouvrement de la TCI, mobiliser plus efficacement les financements extérieurs. En outre, s’imposent la nécessité de mettre en place un mécanisme alternatif de financement de la Cemac.

Lire aussi : Cameroun : Le Gimac lance la commercialisation de la monétique intégrale en zone Cemac

La 36ème session du Conseil des ministres de l’UEAC ne concernait pas uniquement le budget Cemac 2021. Des échanges, il était aussi question de la stratégie d’industrialisation durable de la filière bois dans le bassin du Congo. Aussi, la Cemac entend renforcer le dispositif de sanctions des infractions aux règles de surveillance multilatérale. Les grandes orientations de politique économique pour 2021, et l’indice harmonisé des prix à la consommation ne sont pas du reste.

 

 

ZLECAF, une affaire de milliard(s)

Outre le budget Cemac 2021, la Communauté peut compter sur les souscriptions de plus de 2300 milliards. La notification est du président en exercice du Conseil des ministres de l’UEAC, Alamine Ousmane Mey. Ce dernier relève que cet argent provient des bailleurs de fonds et servira au financement des projets intégrateurs. Il y va du « rayonnement de la sous-région » comme le postule le ministre camerounais de l’économie.

Lire aussi : Cameroun : un prêt de 150 millions $ de la Banque mondiale pour électrifier 417 localités rurales

Mais au-delà, Alamine Ousmane Mey invite à l’optimisme les autres ministres en charge de l’économie dans la zone Cemac. Cette foi tient en « l’entrée en vigueur, le 1er janvier 2021, de l’accord portant zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) ». Une zone qui donne désormais une opportunité pour le commerce intra-africain et permet la diversification et l’intégration économique.

En effet, la ZLECAF constitue une niche d’environ un milliard de consommateurs. Les États africains dont ceux de la Cemac trouvent donc là du pain béni pour des retombées économiques intracontinentales.

 

A5 NEWS

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here