Cameroun : Brainstorming des jeunes sur les violations des multinationales dans leur territoire

Des jeunes camerounais échangent ce mardi sur les violations des entreprises, précisément celles des multinationales dans leur territoire.

 

 

Afrique54.net – Il s’agit d’apporter une réponse juridique aux multinationales qui opèrent en toute impunité au Cameroun.

Leur réflexion s’appuie sur le cadre juridique implémenté par l’Onu. En effet, le Conseil des Droits de l’Homme (CDH) / l’ONU a adopté la résolution 26/9 du 14 juillet 2014 créant un Groupe de travail intergouvernemental (OEIGWG) chargé de l’élaboration d’un instrument international juridiquement contraignant sur les activités des multinationales et les autres entreprises et les droits de l’homme.

«Avec l’adoption d’un tel instrument, les victimes de violations des droits de l’homme commises par les multinationales seront en mesure d’avoir un meilleur accès à la justice vu qu’il devra consacrer des règles spécifiques sanctionnant les auteurs des violations, de même qu’un mécanisme de plainte externe aux Etats », commente Mbimbe Nlom Moise, coordonnateur national d’Action pour le développement communautaire (ADC) et Young Friend of the Threaty.

LIRE AUSSI : Le Centre africain de politique commerciale édifie les Africains sur les enjeux de la création d’une zone de libre-échange du continent

L’atelier qui s’est ouvert mardi à Yaoundé, envisage de consulter des jeunes venus d’horizons divers. 40 jeunes issus de milieux divers sont consultés sur le projet de Traité sur les activités des multinationales et les droits de l’homme.

 

 

Ces travaux  sont menés sous la houlette d’Action communautaire et l’Amicale des étudiants de la 5e promotion de CA2D.

Selon les participants, dans le contexte national actuel, les jeunes paient le prix fort des violations des droits de l’homme par les multinationales au Cameroun (violations des droits à des conditions de vie suffisante, à un environnement sain, à l’alimentation, au travail décent, à l’identité culturelle etc..)

L’objectif  projeté par l’atelier est de faire des recommandations qui seront adressées aux Minrex.

«A l’issue de nos travaux, nous adresserons des recommandations aux Minrex et nous espérons que nos recommandations seront retenues », explique Cabrel Moussi vice-présidente de l’Amicale C2AD.

 

© Afrique54.net Armand Ougock, 691154277

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here