La Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), prévoit une récession économique de l’ordre de 5,9 % en 2020 dans les six pays  de la Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Guinée-Equatoriale, République centrafricaine et Tchad).

 

 

 

 

Selon le Comité de Politique Monétaire (CPM) de la Banque centrale, l’économie de la Cemac a été « gravement » affectée par la crise sanitaire qui secoue le monde, ainsi que par la baisse du cours de ses principaux produits d’exportations.

 

Au premier semestre 2020, la relance des activités productives a été ralentie dans la sous-région par la perturbation des  circuits d’approvisionnement en produits importés, ainsi que par les mesures restrictives adoptées par les différents gouvernements, pour contenir les effets de la pandémie.

 

« Bien qu’il soit pour l’instant, prématuré d’appréhender complètement l’impact de la  Covid-19 sur les économies nationales, il est d’ores et déjà anticipé au cours de ce premier semestre, une baisse de la production ainsi qu’une dégradation des finances publiques  et des comptes extérieures », affirme le CPM/Beac.

 

 

 

 

Les financements extérieurs mobilisés par les Etats pour faire face à la pandémie  Covid-19, ont cependant permis de limiter ses effets sur la situation monétaire.

Selon la Beac, les réserves de change se sont accrues et ont représenté 5 à 7 mois d’importations des biens et services, tandis que le taux de couverture extérieure de la monnaie s’est situé à 78%, fin mai 2020 contre 67% fin décembre 2019.

Finance Technologique : Le secteur financier africain sous l’effet de la révolution numérique n’a pas été épargné des bouleversements en cours

Comme le FMI, qui a revu à la baisse, la croissance mondiale, à -4,9% contre 3,0% initialement prévue, mais qui devrait remonter à 5,4% en 2021, la Beac prévoit une récession économique de 5,9% en 2020 et une légère remontée des pressions inflationnistes à 2,5%.

Elle prévoit également une dégradation du solde budgétaire, base engagements, à -6,2% du PIB.

Ainsi qu’un creusement du déficit du compte courant à 7,3% du PIB et un taux de couverture extérieure de la monnaie qui reviendrait à 55%.

En  mai dernier, la Beac a démenti toute dévaluation du FCFA pour cause de Coronavirus.

 

© Armand Ougock Afrique54.net  Tel : +237 691 15 42 77

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here