Conflit BEAC-CAMPOST : L’usage de la langue anglaise au centre de l’affaire

Le Gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale, Abbas Mahamat Tolli vient d’étaler ses incapacités linguistiques au travers d’un communiqué de presse de mise au point  signé du 20 avril 2020 en direction de la Cameroon Postal Services.

 

 

L’analphabète du 21e siècle est certainement celui qui ne sait pas se servir de l’outil informatique. Force est donc de constater, pour le regretter, que malgré tous les ressources matérielles et financières que dispose la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC),un souci de traduction de la langue anglaise à celle Française soit l’une des causes  du conflit béant qui l’oppose à la Cameroon Postal Services.

Dans sa correspondance du 15 avril dernier au Directeur Général de la CAMPOST, le Gouverneur de la BEAC présente comme allégation à la suspension du système d’interopérabilité, lancé le 31 mars 2020 par la CAMPOST, le fait que le document déposé à cet effet ne soit pas rédigé en Français, langue de travail de la BEAC. Il le mentionne fort bien dans sa correspondance lorsqu’il  affirme que : « conformément à l’usage du Français comme langue de travail à la BEAC et pour des raisons d’efficacité ainsi que de célérité dans l’examen du dossier technique présenté, il a été demandé à la CAMPOST de fournir la version en langue française dudit dossier. » Ces propos qui fâchent l’opinion publique Camerounaise sont taxés de mauvaise foi et  rangés dans l’ordre des précédents conflits qui ont souvent envenimés les relations entre l’État du Cameroun et l’institution financière sous régionale.

Une remontée d’audience nous permet de constater qu’en mars dernier, le Gouvernement Camerounais via Minette Libom Likeng, Ministre des Postes et Télécommunications, avait  adressé au Gouverneur de la BEAC une demande d’autorisation de mise en place d’un système de compensation et règlement des transactions  monétiques au  Cameroun.  Le  silence qu’on pouvait qualifier de «silence acceptation  »de l’institution financière face à cette demande a sans doute été à l’origine du lancement le 31 mars 2020 du Switch du système de compensation et de règlement des transactions électroniques par la Ministre Camerounaise des Postes et Télécommunications, Minette Libom Likeng. Elle souligne dans son propos liminaire, pour présenter l’importance de ladite opération, que : «  l’objectif principal de la mise en place de ce Switch national qui sera géré par la CAMPOST est de favoriser à travers une passerelle unique, l’interopérabilité des différents services proposés par les opérateurs utilisant le réseau national de communication électronique. Ce, dans le but de placer l’opérateur public postal au cœur du développement de l’économie numérique. » Ce souci d’accroitre les services de la CAMPOST pour une meilleur satisfaction de sa clientèle a été butté par la suspension des hostilités par le Gouverneur de la BEAC.

 

 

Le patron de l’institution financière sous régionale dit n’avoir été au courant de la demande d’autorisation de cette interopérabilité de CAMPOST que 24 H avant le lancement officiel de l’opération par le Gouvernement Camerounais. Lancement dont il avait reçu l’information via les médias. Or, certains Camerounais pensent plutôt que c’est parce que le document était en anglais  qu’il n’avait pas été vite étudier par le personnel de la BEAC pour se rendre compte à temps de l’urgence qui en découlait.

Néanmoins, les parties à ce conflit ayant accordé leur violon, déplorent la montée virale que ce malentendu a connu dans les réseaux sociaux et réitèrent le caractère stable et imperturbable de leur relation qui ne compte prêter aucun flanc aux oiseaux de mauvais augure.

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here