Population mondiale : Le déclin des femmes devient une préoccupation

Peuplée de plus de 7,7 milliards d’habitants, la terre compte pour des raisons culturelles, économiques ou sociales, plus d’hommes, au détriment des femmes. Une évolution qui pourrait conduire, à terme, à une catastrophe démographique.

 

Il y aurait supposément plus de femmes que d’hommes sur la terre. L’information du journal nigérian a été relayée et partagée sur plusieurs sites francophones, avec cependant des variations par rapport au contenu initial. C’est ce que révèle une fac check de l’agence France presse contenu sur la toile. Pourtant en 2015 déjà, selon l’ONU, le sexe-ratio c’est-à-dire le taux comparé du nombre d’hommes et de femmes dans le monde était de l’ordre de 102 hommes pour 100 femmes. En d’autres termes, sur 1000 personnes, 504 étaient des hommes soit 50,4 % et 496 des femmes  pour 49,6 %.

Une attitude femmes au défilé du 8 mars 2019 à Yaoundé

Si l’on prend ce taux à la naissance, l’écart s’accentue, avec 105 garçons nouveau-nés pour 100 filles, selon l’OMS. Mais les garçons meurent plus que les filles dans l’enfance, et à l’âge adulte. Et ils meurent plus tôt.  En 2016, l’espérance de vie des femmes était de 74,2 ans et celle des hommes de 69,8 ans selon l’OMS. L’âge où hommes et femmes sont en nombre égal se situait entre 50 et 54 ans dans le monde en 2015. Au-delà, ce sont les femmes qui sont plus nombreuses, l’écart se creusant avec l’âge. Ainsi donc, huit centenaires sur dix sont des femmes en 2015.

Des politiques qui accentuent l’écart

Ainsi le monde commence-t-il à faire face à une “carence” de femmes en âge de procréer, qui pourrait conduire à terme à des déséquilibres démographiques lourds de conséquences. D’autant que la population globale vieillit, surtout dans les pays dits développés, tout en continuant à croître. Les projections annoncent que d’ici à 2050, la Terre devrait compter 9 milliards d’habitants. La masculinisation de la population varie dès lors, selon les régions du monde. C’est d’abord en Asie que la proportion de garçons a commencé à augmenter parmi les nouveau-nés au début des années 1980, au rythme des progrès de la science et des méthodes d’analyses prénatales. Et c’est en Inde et en Chine, qui représentent à eux deux 37 % de la population mondiale, que le déséquilibre est le plus inquiétant.

En avril, le Fonds des Nations unies  pour la population (FNUAP) avait publié son rapport 2019 sur l’état de la population mondiale, qui concerne la “santé sexuelle et reproductive” dans le monde. Ce rapport ne détaillait pas par genre la composition de la population mondiale. Le rapport antérieur sur la Population mondiale, publié par l’ONU en 2017, révélait qu’il y avait alors 7.550.262.000 d’êtres humains sur la Terre, avec un taux d’hommes estimé à 50,4% et de femmes à 49,6%. Et d’après ledit rapport, les hommes étaient donc un peu plus nombreux que les femmes.

Dangers du déséquilibre

La Chine et l’Inde accusent actuellement un déficit global de femmes d’environ 160 millions. Le nombre de “femmes manquantes” devrait même atteindre les 225 millions en 2025. A terme, si la proportion de filles par rapport aux garçons continue d’être aussi déséquilibrée, c’est tout un pan de la population qui ne pourra pas être renouvelé.

Des études montrent déjà que 94% des célibataires de 28 à 49 ans en Chine sont des hommes, qui pour la plupart, n’ont pas terminé leurs études secondaires. Certains craignent qu’une masculinisation trop importante de la société chinoise n’entraîne une hausse nette de la violence et du crime. Pour des raisons socio-économiques, il faut aussi s’attendre à un ralentissement du taux de natalité dans les pays concernés d’ici 20 à 40 ans. D’où un vieillissement de la population et, à terme, un net ralentissement de ces économies pour l’instant très dynamiques. Parallèlement, la population devrait se féminiser, puisque l’espérance de vie des femmes est plus élevée que celle des hommes.

 

Par Thierry Eba / Afrique-54.com / Afrique

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here