Côte d’Ivoire : Guillaume Soro  en route pour succéder à Ouattara

C’est sans doute sans surprise, cependant hors du territoire ivoirien que l’ex-président de l’assemblée nationale choisi dans son timing, d’annoncer sa candidature pour la présidence de la république de la Côte d’Ivoire.

Alors que des supputations allaient bon train pour un probable rapprochement avec le pouvoir. L’ex-président de l’Assemblée Nationale démissionnaire a choisi de sortir de sa réserve et de prendre le contre pied parfait d’une large partie de l’opinion et acter ainsi sa rupture avec le RHDP. L’annonce n’est peut-être pas, sur le fond, surprenante. Cependant son timing est loin de laisser certains observateurs de la scène politique ivoirienne indifférent. Tant il vrai qu’en fin stratège, Guillaume Soro veut tenter de donner un coup d’accélérateur à la campagne à venir et mettre fin au flou qui entourait sa candidature à la présidentielle de 2020. Fin politicien ou simple opportuniste, Soro espère certainement se démarquer dés à présent, des autres candidats potentiels au sein de l’opposition.

Positionnement au stratégique

C’est donc loin de sa Côte d’Ivoire natale, à Valence en Espagne, où il rencontrait ses sympathisants que Guillaume Soro a choisi de mettre fin au suspens apparent qui entourait depuis plusieurs mois déjà sa candidature à la présidentielle de 2020. « Plusieurs partis pro-Soro m’ont déjà choisi comme leur candidat, alors oui, je serai candidat ». En une phrase, lâchée samedi Accueillie par un tonnerre d’applaudissements de la part de ses partisans de la diaspora espagnole, l’annonce a ensuite été largement relayée par les réseaux militants de l’ancien président de l’Assemblée nationale. Un choix stratégique donc pour Guillaume Soro, qui semble définitivement mettre la pression à l’ensemble des partis du pays.

Une annonce qui laisse songeur

Si beaucoup s’interrogent sur les raisons qui ont guidé l’ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo, puis d’Alassane Ouattara, à précipiter ainsi son annonce. Pour les géostratèges, cet acte public de candidature, à un peu plus d’an de la présidentielle d’octobre 2020, revêt un caractère beaucoup plus significatif dans le jeu politique. Notamment pour les principaux partis politiques de l’opposition qui n’ont pas encore dévoilé leurs choix, et qui tergiversent encore. Y compris dans les rangs du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, d’Alassane Dramane Ouattara), en quête d’un nouveau leader.

Par Thierry Eba l Afrique-54.com l Afrique

Source photo : lemediacitoyen.com

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here