Eglise catholique : Le Pape François boude Paul Biya

Deux invitations déjà formulées par Yaoundé ont déjà été déclinées par le Pape François, qui vient d’effectuer un quatrième voyage en terre africaine qui l’a conduit cette fois, au Mozambique, à l’Île  Maurice et à Madagascar.

Le souverain pontife s’est rendu successivement du 04 au 10 septembre 2019, au Mozambique, à l’Ile Maurice et à Madagascar. Le voyage aux multiples enjeux était placé sous le signe de la réconciliation, de la paix et de la lutte contre la pauvreté. Des thématiques tout à fait d’actualité au regard de la situation que traverse le Cameroun.

Une aubaine que voulais saisir le pouvoir de Yaoundé, qui avait envoyé au souverain pontife, une seconde invitation et à laquelle le chef de l’église catholique romaine, n’a toujours pas daigné répondre favorablement. Certainement une brèche, pour tenter de calmer les velléités sécessionnistes qui ont pris corps dans les régions du Nord-ouest et Sud-ouest, et implorer les faveurs divines pur un retour de la paix, dans un pays qui a toujours été présenté comme un havre de paix.

Le saint père foule le sol africain pour la première fois de son pontificat en novembre 2015. Il visite trois pays, l’Ouganda et la République centrafricaine et au Kenya.   Les 28 et 29 avril 2017, le Pape François se rend en Egypte au Caire. En Mars 2019, un 28ème voyage apostolique le conduit au Maroc. Une visite courte mais intense, pendant laquelle le Saint père rencontre le Roi Mohamed VI. Mais c’est surtout l’ouverture de la Porte Sainte de la Cathédrale de Bangui qui a constitué le sommet de ce voyage apostolique, faisant de Bangui “la capitale spirituelle du monde”. Un geste réalisé alors que l’Église universelle s’apprêtait à inaugurer l’Année Jubilaire de la Miséricorde. A quelques pas de la République du Cameroun, où le Pape Jean Paul II avait présenté l’Exhortation Apostolique Eclesia in Africa, qui consacre l’inculturation tant réclamée par l’Église d’Afrique.

L’Afrique a d’un point de vue quantitatif la population catholique qui croît le plus rapidement dans le monde, tandis que l’Europe occidentale, autrefois considérée comme le cœur du christianisme, est devenue l’une des régions les plus laïques du monde, selon le Pew Research Center basé aux États-Unis. Alors que le continent apparaît comme le grand espoir de l’église catholique, le Cameroun lui semble progressivement perdre pied sur le plan affectif aux yeux des souverains pontifes.

Avec un nombre de visites pastorales qui se raréfient, à mesure que les souverains se succèdent au sommet du Vatican. Bien que selon nos confrères de Cameroon Tribune, une invitation au Cameroun a été adressée au Pape François. Cependant, la date de la visite sera fixée par voie diplomatique, a indiqué le journal.

Les relations entre  le Cameroun et le Vatican sont généralement cordiales. Le président camerounais est le 37ème Chef d’Etat du monde à être reçu par le Pape François. Paul Biya a reçu le Pape Jean Paul II à Yaoundé à deux reprises : du 09 au 14 août 1985 et du 14 au 16 septembre 1995. Il a aussi assisté à ses obsèques le 8 avril 2005, ainsi qu’à la cérémonie de la béatification de ce dernier le 1er mai 2011 à Rome. Son successeur, le Pape Benoît XVI qui a également visité le Cameroun en 2009, y a publié l’ «Instrumentum laboris», document de travail du deuxième synode spécial des évêques consacré à l’Afrique.

 

 Par Thierry Eba ǀAfrique-45.com ǀ Afrique

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here