Festival du cacao : le pari gagnant de l’excellence

Dans la vallée du Ntem à Mbedoumou localité située dans l’arrondissement de Zoétélé, un centre de production du Cacao d’excellence se dresse fièrement ici. Fruit de l’accompagnement de l’interprofession en direction des coopératives de jeunes producteurs issus du programme New Generation, mis en place au tout début de l’année 2012 par le Conseil Interprofessionnel du Cacao et du Café. Organe faîtière qui regroupe en son sein les organisations de producteurs, d’acheteurs, d’usiniers, de conditionneurs, d’exportateurs et des transformateurs industriels opérant au Cameroun.

A l’image de ce Centre visité par les délégations étrangères au sein desquels se retrouvent les plus hauts responsables de la filière à l’échelle planétaire, l’on dénombre en moins de cinq ans déjà, près d’une dizaine dans les quatre grands bassins de production de cacao du pays.
De manière concrète il s’agit d’un hangar constitué de 2 compartiments, dont l’un en bois réservé à la fermentation et l’autre au stockage. L’objectif étant d’inscrire les producteurs de cacao sur des marchés plus rémunérateurs, tout en valorisant l’origine Cameroun.
Des unités sur lesquels le Conseil Interprofessionnel du Cacao et du Café mise gros pour relever le pari de l’excellence. En voulant braquer les projecteurs cette année, à l’occasion de la huitième édition de Festicacao sur la qualité, mieux l’excellence le CICC veut changer de paradigmatique d’une culture de rente exclusive pour la rentre. Notamment dans un environnement devenu concurrentiel et où les prix du cacao ont drastiquement chuté sur les principaux marchés depuis 2016. Alors même que tout à côté dans le même temps, le marché du chocolat gustatif aux volumes moins important cependant très rémunérateur, continue de se développer.

Si le festival international du cacao qui se positionne d’ores et déjà comme l’un des plus important événement de la filière en Afrique peine encore à drainer du beau monde, il n’en demeure pas moins qu’il parvient tout de même à rassembler, dans la même enceinte la crème fraîche du cacao mondial. Un espace donc adéquat pour porter le plaidoyer d’un pari osé, tout en explorant les différentes pistes du repositionnement de la filière cacao du Cameroun sur le marché du haut de gamme. Et bien plus celui de l’Afrique voir de l’Asie.

L’édition de 2019 met en relief entre autre la promotion et la transformation du cacao made in Cameroun.
Les différentes activités qui constituent son ossature partant de la foire organisée au palais des sports de Yaoundé, via la descente à Zoétélé jusqu’aux ateliers de transformation du chocolat animé par Choco Togo, ainsi que celui de la dégustation, ou encore les débats et échanges convergeaient vers le même objectif. Autant d’ingrédients pour permettre à chaqu’acteur de jouer sa partition dans un monde où tout va désormais vite, et même très vite. De quoi donner du grain à moudre à ces jeunes entrepreneurs agricoles qui n’attendent désormais plus qu’à passer à l’action, afin de dénicher ce trésor qui est caché dedans.

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here