Littérature : Marthe Cécile Micca nominée au Prix Diaspocam 2018

L’écrivaine camerounaise a besoin du soutien de tous ses frères et sœurs camerounais pour décrocher le grand  prix Academy Awards, récompense culturelle décernée à l’échelon international chaque année depuis 2012 à Paris.

 

 

La grandeur d’un pays ne résume pas seulement à sa puissance nucléaire, à ses buildings, à son économie, bref à son degré de développement. La grandeur d’un pays, c’est aussi sa capacité à reconnaître la valeur intrinsèque de chacun de ses fils. En se référant ainsi à une sagesse africaine qui voudrait que chaque pays au monde reconnaisse et célèbre les talents de ses fils, il serait judicieux pour le peuple camerounais de mettre cette sagesse en valeur.

Le Cameroun est un vivier de talents. Une marque de reconnaissance à l’endroit de Marthe Cécile Micca ne serait pas superflue. La Camerounaise vivant en Suisse est nominée au Prix Diaspocam (Academy Awards) 2018. Il s’agit d’une récompense culturelle décernée chaque année à Paris depuis 2012. Elle a une dimension internationale.

VOTEZ MICCA ICI

Cérémonie de dédicace de l’ouvrage ” Mbalmayo Terre de Grâces” le 19 Juin 2018 à Yaoundé en présence du Ministre camerounais des Arts et de la Culture, Jean Narcisse Kombi Mouelle

 

Ce qui propulse la Camerounaise à ce niveau, c’est son roman intitulé : « Mbalmayo terre de grâces ». Marthe Cécile Micca est en compétition avec d’autres nominés. On peut citer André Ebouaney Mbime (Italie), André Ekama (Allemagne), Marie Gisele Nkom (France), auteure de « Les passerelles célestes », Marie Lissouck (France) qui a commis « Regard croisé sur l’inceste » et Symphorien Tenne (France).

« Allons ensemble chez chercher ce prix »

J’ai été nominée et je viens solliciter auprès de votre généreuse bienveillance, les votes pouvant me permettre de vivre un moment exclusif de ma carrière de jeune écrivaine. Accompagnez-moi et allons ensemble chez chercher ce prix

La compétition est rude et la fille de Mbalmayo sollicite les voix de ses frères du Cameroun et de l’extérieur pour décrocher le Prix Diaspocam. C’est pour cette raison qu’elle déclare : « Mon cher public, c’est toujours un moment de communion lorsque je partage avec vous une émotion autour d’un événement aussi petit qu’il soit. En réalité, il n’existe pas de moment insignifiant en littérature. Chaque moment qui ramène en lumière les mérites d’un travail abattu est un moment à célébrer. Je suis contente de savoir que le souvenir de mes écrits reste vivant dans beaucoup de cœurs. Je suis d’autant plus ravie à l’idée de me dire que ce souvenir a suscité chez certains lecteurs l’envie de me discerner une distinction. Pourquoi ne serais-je pas heureuse de constater que j’ai une place dans l’imaginaire positif de plusieurs ? Voici le choix qui me porte jusqu’à vous. J’ai été nominée et je viens solliciter auprès de votre généreuse bienveillance, les votes pouvant me permettre de vivre un moment exclusif de ma carrière de jeune écrivaine. Accompagnez-moi et allons ensemble chez chercher ce prix. »

 

 

Comme un seul homme, il serait judicieux pour les Camerounais d’apporter leur concours à la réussite de Marthe Cécile Micca. Son regard reste tourné  vers  le Prix Dispocam.

Qui est Marthe Cécile  Micca ?

L’écrivaine camerounaise en compétition pour les Awards Academy 2018 est née à Mbalmayo, chef lieu du département du Nyong et So’o, région du Centre au Cameroun. Marthe Cécile Micca est la benjamine d’une fratrie de six enfants. C’est dans le secondaire qu’elle commence à se distinguer. Très fascinée par l’écriture, elle s’intéresse d’abord à la rédaction des poèmes, des petits récits et articles.  Micca décide ensuite de se lancer dans le roman.

Sa passion pour l’écriture va amener ses camarades à lui donner le petit nom de  « PEROSE ». De la classe de Sixième jusqu’en Première, le parcours de Marthe Cécile Micca sera partagé entre le Lycée Mixte de Mbalmayo, le Collège Mongo Beti, le Collège Notre Dame de Mimetala, le Lycée de Nkolndongo, le Lycée de Soa et le Lycée Bilingue de Sangmelima. Une fois à l’université, elle va jeter son dévolu sur l’histoire,  la politique,  la littérature et  la philosophie.

Femme de lettres, elle va donc écrire « Mbalmayo terre de grâces ». C’est ce roman qui fait d’elle, une nominée du grand Prix Dispocam 2018. L’auteure parle de Mbalmayo, son village natal dans ses us et coutumes, l’amour qu’elle porte pour cette localité au caractère exceptionnel. Mbalmayo est une ville qui sort de l’ordinaire et brille par son originalité. Marthe Cécile Micca compte donc sur ses frères et sœurs pour « aller arracher ce grand prix ». Il suffira de lui accorder nos votes en passant par ce lien.

© Jean Baptiste Bidima

 

 

 

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here