Perturbation de la campagne électorale à l’Est : Françoise Angouing défie le Comité Central du Rdpc

Suspendue du CERAC  pour insubordination, l’épouse de l’ancien Ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative  lance la campagne dans sa section au mépris  des instructions de la hiérarchie du parti.

 

Après  avoir brillé par un désordre monumental au sein du Cercle des Amis du Cameroun  (CERAC), qui lui a valu une suspension de la première dame, Madame Chantal Biya, l’épouse de Michel Ange Angouing, Ndanga Françoise pour ne pas la nommer,  est plus que jamais déterminée  à plonger  le Rdpc dans la gadoue. Dans la région de l’Est, elle s’illustre davantage comme une vipère dans les rangs du parti. Son mépris  obséquieux envers  les supérieurs hiérarchiques du parti des flammes  a atteint la côte d’alerte.

Même son entourage  se plaint d’elle et dit ne plus la maitriser depuis que son mari a été éjecté  du Gouvernement à la suite du réaménagement  du 02 mars 2018. Une source familiale laisse entendre  que «  Françoise Angouing vit désormais comme une jeune fille qui n’a rien à cirer avec son époux, encore qu’elle n’obéit plus à ses injonctions. Elle n’en fait qu’à sa tête ».

Geste de défiance

Cette femme dont le talon côtoie celui de Dieu vient encore de laisser tous les acteurs et observateurs de la scène politique patois. Pour la petite histoire, au moment où la campagne électorale est en train d’être lancée  à l’Est au niveau régional, Françoise Angouing ne va pas attendre que le départemental enchaîne à son niveau. Elle lance sa part de campagne dans la section Rdpc Kadey I Nord. Elle se prévaut de sa qualité de présidente de  ladite section pour défier  sa hiérarchie et passer outre la discipline du parti.

En effet,  d’après les règles établies par le Comité Central du Rdpc, la campagne électorale débute par la région, s’enchaîne avec le département pour toucher enfin  l’arrondissement.  Cette discipline s’impose à tous sans exception. Seulement dame Angouing a trouvé bon de faire à sa tête. Ce geste de défiance est analysé par des spécialistes comme une faute lourde qui nécessite sa convocation, son passage au Conseil de discipline du parti afin  que des sanctions soient prises à son encontre. C’est un mauvais exemple pour le parti au pouvoir.

Recours au gros bras

Dans ce mépris légendaire, Françoise Angouing qui s’est faite entourée de gros bras, a détruit  toutes les portes de la maison du parti de Batouri pour s’emparer de tout le matériel et gadgets de campagne à la grande surprise des militants et des populations à la base. Elle s’en est servie  goulûment  qu’elle a emporté  avec elle, les paquets réservés aux autres sections. Un témoin de la scène laisse entendre que : « Dame Angouing a fait savoir que ces gadgets sont le fruit de ses efforts personnels. C’est avec son argent que ces choses ont été achetées. Si les autres sont capables, qu’ils aillent se procurer les leurs.  Elle n’est pas là pour attendre ceux qui veulent se faire voir. La femme-là se sent hein ! Elle ne gère personne  quand elle décide  de faire ses choses. Nous, on comprend que c’est une femme  aigrie».

Odeur de complicité et de déstabilisation

L’égarée politique dans cet acte maladroit, a réussi  par des basses manœuvres dit-on, l’exploit de réunir au  lieu de son meeting, les autorités administratives, judiciaires et forces de l’ordre. Il faut déjà souligner ici que, l’autorisation de manifestation publique  qui lui a été délivrée  par le sous-préfet de Batouri, BOBIGA  Emmanuel pour le 22 septembre,  va à l’encontre  des instructions  puisque celle-ci correspond bel et bien avec le jour du lancement officiel de la campagne au niveau des régions.

Il se dégage donc ici une forte odeur de complicité et de déstabilisation des responsables politiques de la région. C’est d’ailleurs le vœu le plus cher à cette dame désormais qualifiée d’égarée politique, qui  aux dires de ses proches, a juré  semer la zizanie par tous les moyens  au sein de la délégation régionale et de la commission permanente départementale de l’Est pour le Rdpc.

Insubordination légendaire

Son insubordination illustre à n’en point douter ce plan machiavélique qui l’habiterait et d’après certaines sources, elle se présente comme vipère dans la chaussure du Chef de l’Etat et de la Première dame dans la région de l’Est.    Il se chuchote que  le sous-préfet  de Batouri Bobiga Emmanuel ne jure que par le nom de Françoise  Angouing et est prêt à  œuvrer même dans l’ombre  pour bénéficier davantage des prébendes  de cette dame assoiffée de pouvoir et de notoriété depuis la chute de son époux . Un des proches collaborateurs de ce chef terre se lâche en ces termes « notre sous-préfet a perdu sa crédibilité dans l’escroquerie et la roublardise. Face à l’argent, il est prêt à violer même les  instructions du chef de l’Etat. Pour des pots de vins, il force les gens à prendre part à un meeting qui ne répond pas aux règles  du parti. Il était le premier à nous inviter sur le lieu du meeting. C’est le genre de sous-préfet  mesquin qui te tue en riant avec toutes les élites ».

Plusieurs personnes qui ont côtoyé dame  Angouing  font d’elle à tort ou à raison, un disciple voire  une adepte des petites frappes et  du chantage digne d’une marmitonne agrégée  des ragots de bas étage. La majorité  dit se délecter   de sa chute du CERAC et clament haut la fin du colportage au sein de cette ONG. « Depuis que François a été suspendue, nous respirons un air sain. Fini le congossa dans la maison. Françoise ? Je ne suis pas surprise qu’elle puisse agir ainsi face à  ses supérieurs hiérarchiques du parti. Elle a un mépris total. Madame le ministre ne respecte personne. Trop imbue d’elle-même ». Laisse ainsi entendre un membre du CERAC outré de savoir que la Maison du parti de Batouri a été saccagée par cette dernière.

Politiquement, elle fait ombrage à son mari

A la remarque sur la violation des instructions du Comité Central, son entourage fait savoir que Françoise Angouing  dit ne pas être soumise aux règles du RDPC et ce n’est sur les pas  de Bernard Wongolo qu’elle marchera. Cette attitude dédaigneuse fait d’elle persona non grata par où foule la plante de ces pieds. Il se dit même que c’est sa nomination au sein de la Commission Nationale pour la Promotion du Bilinguisme et du Multiculturalisme qui aurait précipité la chute de son époux du Gouvernement.

Au moment nous allons sous presse, les dernières nouvelles  recueillies de bonne source par notre nouvelliste faisaient état de ce que  Mme Angouing venait de « reconnaître qu’elle détient le matériel de la campagne chez elle sans autorisation. Elle est actuellement au domicile du Ministre en présence de M. WONGOLO, le chef de Délégation régionale. La délégation régionale est venue s’enquérir du problème. »  « Il était plus de 17 h 20 minutes 2018 lorsque celle-ci passait ainsi aux aveux le 23 septembre», conclut notre source.

 

Source: La Voix Des Décideurs

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here