YAOUNDE-PARIS : Gel de la coopération militaire

Un faux « décret présidentiel » à l’origine : acte d’un tombereau des ennemis du Chef de l’Etat Paul BIYA,qui se livrent à un” je-m’en-foutisme” triomphant(Le réseau s’étend de la Présidence de la République, au MINDEF, en passant par le MINREX ;le faux « décret » devenu un « support » de travail pour entretenir le dilatoire. Est-ce que le Cameroun est devenu schizophrène ?

 

 

Lorsque se tiendra la présidentielle du 07 Octobre 2018 au Cameroun, l’attention du monde entier se tournera vers le mécanisme de gestion de la nouvelle équipe gouvernementale. En effet, un effet du pouvoir qui alimente d’un côté un sentiment de vulnérabilité et de l’autre une dubitation irrépressible ; l’impasse institutionnelle tend à perdurer au regard des scénarios visibles çà et là sur la gestion de la chose publique qui l’eût cru.
Coup de théâtre légendaire : un “faux décret présidentiel” ?
Le cas du Colonel Eyah Denis est atypique, si ses problèmes tirent leur source sur sa rigueur, son professionnalisme, son refus de se compromettre pour une quelconque promotion, l’on retiendra que ces valeurs cardinales ne font pas que des admirateurs, mais aussi des jaloux, voire des aigris et des haineux. Les états de service dans l’”Opération Delta” ont fait de lui un individu craint, respecté et redouté. Son refus formel à pactiser dans le détournement des fonds alloués pour la construction de la digue de Maga a catalysé une avalanche des actes inhumains de la part du camp d’en face. Directeur du Génie Militaire d’alors, il avait été mis sous l’éteignoir.

 

 

Bien connu du Patron des Armées, quelques années plus tard, promu Commandant du Quartier Général, tels une adrénaline, les coups de ses détracteurs ont été plus violents au point d’attenter à sa vie; sa progéniture n’étant pas épargnée, son fils médecin boursier au Maroc a vu sa bourse annulée pour des raisons non élucidées.

Conscient de la haine viscérale dont lui vouent ses ennemis, le Chef de l’État a estimé,de par ses bons et loyaux services au Quartier Général, de l’envoyer en qualité d’Attaché Militaire dans les Ambassades de France, Belgique, Grèce, Italie avec résidence à Paris, par décret N° 2017/337 du 29 Juin 2017, contre toute attente, car ces Ambassades sont la plaque tournante de la “pègre” camerounaise. La présence donc de cet Officier Supérieur est un caillou dans leur chaussure.

Finies les conspirations et autres indélicatesses à partir de l’Hexagone. Un Officier Supérieur en service au Quartier Général dixit sous cape : “Le Colonel Eyah Denis est une référence dans notre Armée, tout ce qu’il touche devient de l’or. C’est le véritable parent du soldat, mais victime de la mafia. C’est déplorable pour notre Pays ! On attend de pieds fermes la réaction du Chef de l’État, par rapport à ce faux décret qui circule dans les réseaux sociaux”.

« Le Colonel Eyah Denis est le meilleur de tous les Commandants, passés ici au Quartier Général, il est désormais l’âme vivante de tous les soldats…toute la troupe s’accorde à ce point de vue….je n’ai plus rien à gagne, ni à perdre dans cette Armée, quand c’est bon, reconnaissons le tous, qu’il en soit ainsi, c’est un Grand Manager ».

Et un autre officier subalterne, ayant passé plusieurs décennies de service au Quartier Général , déclare en pleine séance de Jogging des éléments de cette Unité « Le Colonel Eyah Denis est le meilleur de tous les Commandants, passés ici au Quartier Général, il est désormais l’âme vivante de tous les soldats…toute la troupe s’accorde à ce point de vue….je n’ai plus rien à gagne, ni à perdre dans cette Armée, quand c’est bon, reconnaissons le tous, qu’il en soit ainsi, c’est un Grand Manager ».

Malgré les instructions présidentielles contenues dans la correspondance du Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République en date du 30 Octobre 2017, rien n’a été fait. Tout au contraire, certains Officiers ont pris le relais pour exprimer le courroux des mentors tapis dans l’ombre et dont la toile s’étend du Ministère des Relations Extérieures, en passant par son administration de tutelle, jusqu’à la Présidence de la République, avec un seul mot d’ordre : “Tout Sauf Eyah”. L’un des responsables de cette cabale est allé jusqu’à dire en pleine réunion : “Eyah saura que nous sommes plus forts que son Paul BIYA dont-il soutient aveuglement”, après qu’il ait réussi à étouffer dans l’œuf une action jihaiste commanditée par un ponte du régime, alors qu’il était en service au Quartier Général.

L’apothéose de leur plan machiavélique a été l’imitation du sceau du Président de la République sur leur projet de décret conçu le 09 mai 2018, et qui n’a pas eu un écho favorable auprès du destinataire. Le 18 Mai 2018, ce “faux décret” est balancé dans tous les réseaux sociaux. Et comme un crime n’est jamais parfait, ils avaient omis de prendre attache d’avec le Service du Fichier Législatif et Réglementaire du Secrétariat Général de la Présidence, pour entériner leur “Coup de massue” ; conséquences : aucune trace dans les colonnes des journaux officiels, du site de la Présidence, idem dans ce service. Malgré cette découverte alarmante ce “faux décret” a servi de base pour plomber jusqu’à ce jour son départ à Paris, or le décret le nommant n’a jamais fait l’objet d’une quelconque attention pour cette coterie malsaine des temps.

 

Télécharger (PDF, Inconnu)

Ce “faux décret” a déclenché une avalanche d’indignation et de désapprobation contre les adeptes de la magie noire et autres pratiques malsaines, qui tendent à plomber l’émergence du Cameroun. Si, saisi de cette affaire, le Président de la République a instruit des enquêtes, l’on est en droit de penser qu’il ne s’agit là qu’une preuve inéluctable d’un “Coup d’État Manqué” : montrer aux yeux du monde que le pays n’est plus gouverné… Désormais, tous les regards sont tournés vers la tour d’Etoudi.

 

© Africa Peace Day

 

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here