Le Centre africain de politique commerciale édifie  sur les enjeux de la création d’une zone de libre-échange du continent

En association avec la Commission de l’Union africaine, le Centre africain de politique commerciale (CAPC) de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) des Nations Unies dont Le coordonnateur est David Luke,  s’est livré  le 19 mars 2018 à un jeu de questions-réponses pour éclairer l’opinion publique africaine le bien-fondé de la création d’une zone de libre-échange du continentale africaine.

 

 

Comment la Zone de libre-échange continentale africaine peut-elle offrir des opportunités commerciales qui renforceront l’industrialisation en Afrique conformément à l’Agenda 2063, «L’Afrique que nous voulons»?

La zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) couvrira un marché africain de 1,2 milliard de personnes et un produit intérieur brut (PIB) de 2,5 billions de dollars, répartis sur les 55 États membres de l’Union africaine. En termes de nombre de pays participants, la ZLEC sera la plus grande zone de libre-échange au monde depuis la création de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

C’est aussi un marché très dynamique. La population de l’Afrique devrait atteindre 2,5 milliards d’ici 2050, date à laquelle elle comptera 26% de la population mondiale en âge de travailler, dont l’économie devrait croître deux fois plus vite que celle du monde développé.

Avec des tarifs moyens de 6,1%, les entreprises sont actuellement confrontées à des tarifs plus élevés lorsqu’elles exportent en Afrique plutôt qu’à l’étranger. L’AfCFTA éliminera progressivement les droits de douane sur le commerce intra-africain, ce qui facilitera le commerce des entreprises africaines sur le continent et servira et profitera du marché africain en pleine croissance.

La consolidation de ce continent en une seule zone commerciale offre de grandes opportunités aux entreprises commerciales, aux entreprises et aux consommateurs à travers l’Afrique et la possibilité de soutenir le développement durable dans la région la moins développée du monde. La Commission économique pour l’Afrique (CEA) estime que l’AfCFTA a le potentiel de stimuler le commerce intra-africain de 53,2% en éliminant les droits d’importation et de doubler ce commerce si les barrières non tarifaires sont également réduites.

Pourquoi le commerce intra-africain est-il le moteur de la croissance durable et de l’emploi ?

Les exportations industrielles de l’Afrique devraient bénéficier le plus de l’AfCFTA. Ceci est important pour diversifier les échanges commerciaux de l’Afrique et encourager l’abandon des produits extractifs, tels que le pétrole et les minerais, qui représentent traditionnellement la majeure partie des exportations africaines, vers une base d’exportation plus équilibrée et durable. Plus de 75% des exportations africaines hors du continent étaient des industries extractives entre 2012 et 2014, alors que moins de 40% des échanges intra-africains étaient des industries extractives pendant la même période.

 

 

David Luke est le coordinateur du Centre africain pour la politique commerciale (CAPC) auprès de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) des Nations Unies à Addis-Abeba en Ethiopie

Le grand risque avec des produits comme le pétrole et les minéraux est leur volatilité. Le sort fiscal et économique de trop de pays africains repose sur les vicissitudes de ces prix des produits. L’utilisation de l’AfCFTA pour s’éloigner des exportations extractives contribuera à assurer un commerce plus durable et inclusif qui dépend moins des fluctuations des prix des produits de base.

Peut-être plus important encore, l’AfCFTA produira également plus d’emplois pour la population jeune exubérante de l’Afrique. En effet, les exportations extractives, sur lesquelles se base actuellement le commerce de l’Afrique, consomment moins de main-d’œuvre que les produits manufacturés et les produits agricoles qui bénéficieront le plus de l’ALE. En favorisant un commerce plus intensif en main-d’œuvre, l’AfCFTA crée plus d’emplois.

Comment l’AfCFTA profite-t-il aux petites et moyennes entreprises?

Les petites et moyennes entreprises sont essentielles à la croissance en Afrique. Ils représentent environ 80% des entreprises de la région. Ces entreprises ont généralement du mal à pénétrer les marchés d’outre-mer plus avancés, mais sont bien placées pour exploiter les destinations d’exportation régionales et peuvent utiliser les marchés régionaux comme tremplins pour se développer plus tard sur les marchés étrangers.

Un autre moyen dont peuvent bénéficier les petites et moyennes entreprises est l’ALE, facilitant la fourniture d’intrants aux grandes entreprises régionales qui exportent ensuite. Avant d’exporter des voitures à l’étranger, par exemple, les grands constructeurs automobiles d’Afrique du Sud achètent des intrants, notamment du cuir pour les sièges du Botswana et des tissus du Lesotho, dans le cadre du régime commercial préférentiel de l’Union douanière d’Afrique australe.

 

Qu’y a-t-il dans l’AfCFTA pour les femmes africaines?

Les analyses de l’impact de l’AfCFTA au niveau des ménages suggèrent que l’effet entre les ménages dirigés par des hommes et des femmes est globalement assez équilibré; les deux gagnent de différents degrés dans différents pays. Cependant, les femmes en particulier peuvent bénéficier des améliorations apportées aux défis auxquels elles sont confrontées en tant que commerçants transfrontaliers informels.

 On estime que les femmes représentent environ 70% des commerçants transfrontaliers informels en Afrique. Lorsqu’elles sont engagées dans une telle activité, les femmes sont particulièrement vulnérables au harcèlement, à la violence, à la confiscation des biens et même à l’emprisonnement. En réduisant les droits de douane, l’AfCFTA rend le commerce informel plus abordable par le biais de canaux formels offrant plus de protection. Cela peut être encore amélioré par des régimes commerciaux simplifiés pour les petits commerçants, comme le régime commercial simplifié du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA), qui prévoit une procédure de compensation simplifiée accompagnée de droits d’importation réduits qui aident notamment les petites entreprises. les commerçants.

 L’Afrique comprend une gamme de pays allant des pays les plus développés  à ceux qui sont petits et moins développés. Comment peut-on s’assurer que tous bénéficient d’un ALECC « gagnant-gagnant »?

Les pays africains ont une diversité de configurations économiques et seront affectés de différentes manières par l’AfCFTA. Néanmoins, les avantages de l’AfCFTA sont généralisés.

Alors que les pays africains relativement plus industrialisés sont bien placés pour tirer parti des opportunités pour les produits manufacturés, les pays moins industrialisés peuvent bénéficier d’un lien avec les chaînes de valeur régionales. Les chaînes de valeur régionales impliquent des industries plus importantes s’approvisionnant auprès de petites industries à travers les frontières. L’AfCFTA facilite la création de chaînes de valeur régionales en réduisant les coûts commerciaux et en facilitant l’investissement.

Les pays agricoles peuvent gagner à satisfaire les exigences croissantes de sécurité alimentaire de l’Afrique. La nature périssable de nombreux produits agroalimentaires signifie qu’ils sont particulièrement sensibles à l’amélioration des délais de dédouanement et à la logistique attendue de l’ALE.

La majorité des pays africains sont classés comme riches en ressources. Les tarifs sur les matières premières sont déjà bas et l’AfCFTA peut donc faire peu pour promouvoir davantage ces exportations. Cependant, en abaissant les tarifs intra-africains sur les produits intermédiaires et les biens finaux, l’AfCFTA créera des opportunités supplémentaires pour ajouter de la valeur aux ressources naturelles et pour se diversifier dans de nouveaux secteurs d’activité.

Le coût de l’enclavement comprend des coûts de transport plus élevés et des temps de transit imprévisibles. L’AfCFTA offre des avantages particuliers à ces pays: en plus de réduire les droits de douane, l’ALE est prévu d’inclure des dispositions sur la facilitation des échanges, le transit et la coopération douanière.

Il sera néanmoins vital que l’AfCFTA soit soutenu par des mesures et des politiques d’accompagnement.

Les pays les moins industrialisés peuvent bénéficier de la mise en œuvre du programme pour le développement industriel accéléré de l’Afrique ainsi que les investissements nationaux dans l’éducation et la formation peuvent assurer les compétences nécessaires.

 

 

 La mise en œuvre de Africa Mining Vision peut compléter l’AfCFTA, en aidant les économies basées sur les ressources à diversifier stratégiquement leurs exportations vers d’autres marchés africains.

Le plan d’action sur le renforcement du commerce intra-africain (BIAT) est la principale mesure d’accompagnement de l’AfCFTA. Il décrit les domaines dans lesquels des investissements sont nécessaires, tels que l’information commerciale et l’accès au financement, pour faire en sorte que tous les pays africains puissent bénéficier de l’AfCFTA.

Comment l’AfCFTA peut-il contribuer à la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030?

L’AfCFTA est un projet phare de l’Agenda 2063. Il a été approuvé par le Sommet de l’UA comme une initiative urgente dont la mise en œuvre immédiate permettrait des gains rapides, un impact sur le développement socioéconomique et renforcerait la confiance et l’engagement des Africains. Agenda 2063.

L’effet cumulatif de l’ALE est de contribuer à la réalisation du Programme 2030, en particulier aux objectifs de développement durable, des objectifs pour le travail décent et la croissance économique (objectif 8) et la promotion de l’industrie (objectif 9), pour sécurité alimentaire (objectif 2) et accès abordable aux services de santé (objectif 3).

En soutenant l’industrialisation et le développement économique de l’Afrique, l’AfCFTA peut également aider à réduire la dépendance du continent vis-à-vis des ressources extérieures. Cela permettrait à l’Afrique de mieux financer son propre développement, ce qui est reconnu dans le cadre de l’objectif 17.

Cependant, l’objectif 1 est de la plus haute importance, tout en gardant l’engagement que «personne ne sera laissé pour compte … en commençant par le plus en retard». Pour cela, il est crucial que les gouvernements à travers l’Afrique mettent en œuvre des mesures pour accompagner l’AfCFTA, comme le Plan d’action commercial intra-africain de l’Union africaine, mais aussi que le secteur privé africain investisse et profite des opportunités découlant de l’AfCFTA.

 

 

Qu’est-ce qui a été réalisé jusqu’à présent dans les négociations de l’AfCFTA?

Les négociations ont été lancées par les chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine en juin 2015. À la fin de 2017, l’intensité des négociations s’était intensifiée, débouchant sur la rédaction de l’accord proprement dit et ouvrant la voie au débourrement juridique.

En février 2018, le forum de négociation s’est réuni pour la neuvième fois pour finaliser les questions en suspens et se préparer à la signature de l’accord en mars. Cela comprend l’acceptation d’un mécanisme de règlement des différends et la finalisation de plusieurs annexes du protocole sur les marchandises. Le forum de négociation a également convenu d’un programme de travail sur la transition et la mise en œuvre pour finaliser les offres de biens et de services dans le cadre du programme intégré.

Par la suite, les négociations progresseront vers un approfondissement du commerce en Afrique avec les négociations de la «phase deux» qui devraient débuter fin 2018. La deuxième phase se concentrera sur les dispositions relatives aux investissements, à la concurrence et aux droits de propriété intellectuelle.

Qu’y a-t-il dans l’AfCFTA?

L’AfCFTA va au-delà des accords commerciaux traditionnels qui ne font que réduire les tarifs. Il libéralise également le commerce des services. Ceci est crucial: les services représentent environ 60% du PIB de l’Afrique et, en 2014, par exemple, les services représentaient 30% du commerce mondial. Les services sont également des intrants des processus de production qui, à leur tour, permettent le commerce des marchandises. Dans le cadre de l’AfCFTA, les pays africains se sont engagés à libéraliser progressivement les services dans le cadre desquels des marchés de services nationaux seront ouverts aux fournisseurs de services d’autres pays africains.

 

 

Au-delà des tarifs, les obstacles non tarifaires, tels que les procédures douanières contraignantes et la paperasserie excessive, constituent souvent un obstacle plus important pour les entreprises que les droits de douane. L’AfCFTA doit inclure un «mécanisme de barrière non tarifaire» pour signaler et résoudre de tels obstacles au commerce entre les pays africains, en aidant les entreprises à exiger des solutions à leurs barrières commerciales.

De même, l’AfCFTA comprend également des dispositions pour la reconnaissance des normes techniques et sanitaires, la facilitation du transit et la coopération douanière. Ce faisant, l’objectif est de faciliter considérablement les activités transfrontalières en Afrique.

La responsabilité de la mise en œuvre de l’accord ALEAC sera confiée à la Commission de l’Union africaine, qui créera un secrétariat de l’AfCFTA.

Quelles dispositions institutionnelles sont nécessaires pour la mise en œuvre effective de l’ALEFF?

Les structures complémentaires à l’AfCFTA comprendront le Conseil des entreprises africaines, qui regroupera et articulera les points de vue du secteur privé, ainsi qu’un observatoire du commerce, qui assurera un suivi et une évaluation efficaces.

Le Protocole sur les règles et procédures pour le règlement des différends élabore les dispositions institutionnelles pour l’Organe de règlement des différends.

Les CER resteront des partenaires de mise en œuvre importants et seront représentées dans un comité de hauts fonctionnaires de la ZLEC à titre consultatif. Leur rôle inclura la coordination et des mesures pour la résolution des obstacles non tarifaires, l’harmonisation des normes et le suivi de la mise en œuvre.

Au niveau national, il sera essentiel de mettre en place des dispositifs institutionnels pour s’engager efficacement sur l’ensemble des questions couvertes par l’ALEFF.

 

 

Comment les entreprises peuvent-elles façonner la mise en œuvre de l’AfCFTA?

L’AfCFTA est un outil pour l’entreprise privée en Afrique. Il ne peut réussir que s’il est utilisé par des entreprises privées, des commerçants et des consommateurs pour commercer à travers le continent.

(1) Sensibilisation. Les entreprises doivent être pleinement sensibilisées par le gouvernement sur le potentiel de l’AfCFTA. Sur cette base, ils peuvent alors établir de nouveaux liens commerciaux ou pousser leurs gouvernements à négocier pour ces opportunités s’ils ne sont pas déjà couverts par la substance négociée de l’accord.

(2) Partenariats. Le partenariat avec les gouvernements par les entreprises est essentiel pour garantir et faciliter l’investissement dans les mesures d’accompagnement nécessaires pour compléter l’AIFCCA. Cela inclut les infrastructures commerciales intra-africaines ainsi que la fourniture de financement du commerce, d’informations commerciales et de services logistiques. De telles dispositions aideront les entreprises à reconnaître et à réaliser les opportunités commerciales offertes par l’AfCFTA.

(3) Participation du secteur privé. Une participation plus active du secteur privé en termes de plaidoyer est nécessaire afin d’assurer une contribution directe aux institutions de négociation de l’AfCFTA afin de s’assurer que l’AfCFTA est conçu pour aider le monde des affaires commerce en Afrique.

L’AfCFTA est un outil de développement en Afrique. Mais il doit être utilisé par l’entreprise privée. Ce faisant, les entreprises peuvent tirer parti des grandes opportunités que le continent a à offrir et contribuer à sa croissance et à son développement durables.

 

Propos recueillis et traduit par Afrique-54.com

 

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here