En réaction aux évènements qui ont secoué les régions Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun le 1er octobre 2017, Dr Christopher Fomunyoh , Directeur régional du National Democratic Institute (NDI) pour l’Afrique prône la modération.

 

 

La ligne de discours du Dr Fomunyoh au sujet des débordements consécutifs à la célébration houleuse de la réunification du Cameroun dans les régions d’expression anglaise ne se démarque pas de son discours habituel par rapport à l’actualité. L’enfant de Batibo, commune située dans le département de la Momo, région du Nord-Ouest a effectué une sortie par vidéogramme dans laquelle il appelle l’ensemble des Camerounais à « (…) dire non à la violence, dire non à l’incompréhension ».

 

 

En effet, dans cette sortie suivie par un nombre important de Camerounais, l’enseignant de sciences politiques s’est adressé à ses compatriotes pour leur transmettre ses condoléances. Mais encore, « après avoir visionné les images et entendu les messages concernant les événements douloureux qui ont endeuillé notre pays le premier octobre dernier », l’homme a estimé que « que c’est notre humanité collective, notre sens du fairplay, notre dignité qui est entachée par des actes de violence quelque soit là où elles se produisent quelque soit les compatriotes qui sont visés et qui sont victimes ». Dès le départ de la crise dite « anglophone », Dr Fomunyoh s’attache à un discours rassembleur tendant à « dire non à la violence, dire non à l’incompréhension ».

 

 

 

En tout état de cause, à la suite des pertes matérielles et en vies humaines du début octobre, il n’a plus cessé de rappeler à tous que le moment est venu de faire de l’introspection et de rechercher les voies de sortie de crise par le dialogue. Qu’il est temps d’envisager un dialogue national au plus haut niveau mené par des Camerounais en qui les populations peuvent encore faire confiance. « Notre pays est à un moment historique ; nous sommes à la croisée des chemins. Rien qu’un leadership éclairé, humain et à l’écoute des populations ne devrait prospérer » a-t-il conclut.

De manière constante, Christopher Fomunyoh est présenté comme un entremetteur qui, tout au long de sa vie, de sa carrière, et de ses déclarations, a su prôner les valeurs de communication respectueuse, même entre parties en désaccord, le type de dialogue visant le compromis en tenant compte des points de vue de toutes les parties concernées, et en faisant des propositions « entérinables ».

Est-il à rappeler que cette sortie intervient après que plusieurs Camerounais ont perdu la vie du fait d’une répression militaire du gouvernement. En effet, le 1er octobre 1961 qui représente la date à laquelle la République fédérale du Cameroun se forme suite à la réunification du Cameroun français et du Southern Cameroon britannique devait voir son 56ème anniversaire célébré le dimanche 1er octobre 2017.

 

 

Ce dernier a été fort mouvementé dans les régions anglophones du pays, le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, où les populations protestent depuis des mois. Certains séparatistes anglophones ont mis de l’huile sur le feu en essayant de proclamer, l’indépendance de ces deux régions fondée sur un hymne, un drapeau, un passeport et même une monnaie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here